mercredi 21 janvier 2009

femmes de Pilate


En décembre 2004, je lis Le Maître et Marguerite, de Boulgakov, que ma fille vient de m'offrir. Ténèbres de la mémoire, des images se forment.
La même semaine, redescendant de la montagne de Lure, je m’arrête au Bleuet, la librairie de Banon, digne de la Babel de Borges. Il commence à neiger. Je découvre « par hasard » dans « l’imaginaire » de Gallimard, un Caillois dont j’ignorais jusqu’au titre, Ponce Pilate. Coïncidence avec la mise en abyme de Boulgakov. La femme de Pilate, celle qui doute, me bouleverse.
En quatre jours, ces deux textes m’ont envoyé comme la foudre ces quatre visages de femmes. Figures du doute qui se présente en rêve, images inspirées, citations détournées de grandes peintures religieuses enfouies dans la mémoire, visages absents qui sont les seuls à "poser la question".

(série de 4 pastels secs, chacun de 50x40)

2 commentaires:

superior a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Inma Doval a dit…

Me encantan estas figuras, pensadoras...