mardi 24 mars 2009

cris-e et bouches d-égoût


Troisième tableau.

(Pendant toute la scène, Ana reste assise, droite sur une chaise, et pourtant c’est toujours la plage. Elle écoute sagement l’historiocrate, le logocrate et le technocrate qui font des pâtés de sable.)

Le technocrate : Cette politique a incontestablement stabilisé l’évolution conjoncturelle en termes de croissance, mais la dégradation des échanges est comparable à celle de l’environnement international.
L’historiocrate : En termes de stratégie, ces facteurs trouvent une consécration territoriale et remarquez bien qu’ils ne s’expliquent pas par la défaite militaire.
Le technocrate : Il est vrai, cher ami, que le dernier cycle se distingue du cycle qui le précède.
L’historiocrate : Avouez cependant que la situation fut moins brillante sur le plan colonial.
Le technocrate : L’impact des mouvements du prix du gaz sur le taux de croissance aurait dû ébranler la crédibilité de nouvelles baisses des taux, vous voyez bien qu’il n’en est rien.
L’historiocrate : Allons, allons, en découpant les frontières sans tenir compte des aspirations nationales les membres de la commission réunis à Volocht ne voulaient pas mettre le pays à genoux.
Le technocrate : Donc, vous reconnaîtrez que ce sont des facteurs endogènes qui expliquent les fluctuations de ce cycle.
Le logocrate : Le mot altus désigne tout mouvement en direction de l’imum, inf-imum, int-imum, super-imum. En somme, la conception des idées reste libre !
Le technocrate : Malheureusement le krach financier devrait entraîner une grande désillusion des petits porteurs.
L’historiocrate : Voyons, mon cher, l’autorité de l’Etat, et c’est la thèse tocquevillienne, vous vous en souvenez, unifie les esprits, il s’ensuivra un fort sentiment d’égalité. Démocratie, Nation, Etat, voilà le triptyque qui forme notre postulat !
Le logocrate : Vous oubliez que le langage est commandé par une grande loi d’asymétrie qui répond à une nécessité beaucoup plus profonde puisqu’elle touche à l’essence même du Logos et de la Ratio.
Le technocrate : N’empêche, il nous faut développer un capitalisme populaire, privatiser, privatiser ! Et je ne vois que deux créneaux à taux de couverture à peu près fort.
L’historiocrate : Attendez, attendez, il reste à éponger les sinistres des dix dernières années. Il ne faut plus tomber dans le piège de l’écart qui se creuse depuis le contre-choc, cette politique a provoqué l’accumulation d’impacts négatifs, on en trouvera des effets durables dans la balance des paiements.
Le logocrate : Des paix-ment. Des bégaiements. Des bègues-aimant, des caïmans, des pyromanes, des amanites, avec et sans phallus, des phalanstères, des ministères, des épiphyses et des clystères.
Le technocrate : Avoue vieille crapule…
Le logocrate : Comme un trottoir troué la peau des braves sous les drapeaux et la folie des oripeaux du grand foutoir de guerre, tiens ! Qu’est-ce que tu as fait de ma pelle, Jean-Bernard ?
Le technocrate : Fichtre, ta pelle ?
Le logocrate : Ma pelle, te dis-je !
Le technocrate : La conjoncture est délicate et l’indice du CAC incite à la plus grande prudence.
L’historiocrate : Peuples, souvenez-vous ! O ma mémoire ! Ma mémoire saturée, essorée, intubée, à dix sous l’entonnoir, et vas-y que je te gave, remets-en un petit coup, (hurlant à tue-tête la diane) soldat lève-toi ! soldat lève-toi ! etc, on connaît la chanson.

(Il se sont levés, en écrasant les pâtés de sable, et sont à garde à vous. On entend le clairon qui reprend la chanson. Ana n’a pas bougé.)


Muriel Daumal. Les dieux à fables, (extrait).

1 commentaire:

The Kin'Xp a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.